Le SMVT préserve l'élevage et les prairies


08 juin 2021

« Comment vivre ma rivière ? », c’est le nom d’une formation dispensée par le Syndicat mixte de la vallée du Thouet auprès des élus du territoire. Deux visites de terrain étaient organisées samedi 29 mai. Une sur le bassin du Cébron, au domaine de la Raconnière sur l’exploitation d’Eric Guillon entre Amailloux et Lageon, puis une autre aux sources du Thouet à Beugnon-Thireuil. Pour notre nouveau magazine en partenariat avec le SMVT et Radio Val d’Or, nous avons assisté à la visite de la Raconnière, où des travaux ont été opérés par le syndicat et la SPL des eaux du Cébron, afin de protéger les berges de l’exploitation d’Eric Guillon et ainsi maintenir les prairies en bord de rivière. Retrouvez le président du SMVT, Olivier Cubaud, en compagnie de Philippe Albert pour la SPL des eaux du Cébron et l’éleveur Eric Guillon.

Commentaires(2)

Connectez-vous pour commenter cet article
Laurent du 79, il y a 1 mois
Monsieur le ministre de l'agriculture, Madame Pompili nous mène Royalement en Batho et va faire couler la France !Nous subissons de graves inondations alors que nous étions déjà en alerte sécheresse, Une pluie même forte n'est pas un raz de marée mais elle le devient automatiquement quand on ne retient pas les ruissellements en AMONT des bassins versants. Les sécheresses et les inondations ne sont pas des fatalités liées au dérèglement climatique mais le résultat logique d'une très mauvaise gestion des eaux de surface : Inondation c’est quand l’eau repart trop vite vers la mer, sécheresse c’est quand elle est repartie trop vite ...La situation se dégrade tous les ans parce que le ministère de la transition écologique détruit tous les ouvrages en amont des agglomérations qui avaient justement pour vocation de protéger et de réguler le débit des rivières ! Effectivement, le résultat est conforme au plan d’actions : les rivières sont ravagées par des crues de plus en plus fortes et les poissons migrateurs vont apprendre à marcher pour remonter les rivières sèches l’été... C’est pourtant mathématique : quand l’eau s’écoule plus vite elle s’écoule moins longtemps !Depuis plus de 30 ans les climatologues disent bien, qu'avec le dérèglement climatique, il n'y aurapas moins d'eau mais une dégradation de la répartition annuelle des pluies : inondations l'hiver et sécheresse l'été, exactement le scénario qui s’installe durablement en France ... On a détruit quand il fallait construire ! Même les castors savent que pour avoir de l'eau l'été il faut retenir l'eau l'hiver dans les bassins versants avec des barrages ...Vite des réserves collinaires ou ça va être l'enfer
Laurent du 79, il y a 1 mois
Une prairie sèche c'est une prairie morte, Couper l'eau dans les champs pour alimenter des villes hors normes ce n'est pas de la résilience mais une désertification massive et une mise en danger de la population. La sécheresse 2021 a commencé en France par le Sud Deux Sèvres, comme tous les ans depuis 20 ans elle sera pire que la précédente et comme tous les ans qualifiée d'exceptionnelle ! Et pourtant nous ne sommes pas à l’abri d’inondations en mai et juin ! Toutes les désertifications commencent par l’alternance d’inondations et de sécheresses ! Les conditions climatiques actuelles sont les signes exacts d'une désertification massive ! Les nappes et les rivières sont à des niveaux historiquement bas... Nous allons commencer l'été 2021 avec des nappes aussi basses qu'en fin d'été 2020 Les pluies de mai et juin vont arriver sur des sols trop secs et pourraient engendrer des pics de crues sur La Sèvre Niortaise, c'est en luttant contre les ruissellements de surface, par des réserves collinaires et des bassins de rétention en amont des bassins versants, qu'on évitera les inondations et mathématiquement les sécheresses : Inondation c’est quand l’eau repart trop vite vers la mer, sécheresse c’est quand elle est repartie trop vite. En France le recyclage de l'eau représente 0.8% de la consommation quand il est de 80% en Israel ! Le bassin versant de la Sèvre (au niveau de la Tiffardière) fait 1070km2 et reçoit une moyenne 900 millions de m3 par an, entre le 18 10 2019 et le 18 10 2020 la Sèvre a évacué 700 millions de m3 d'eau douce dans la mer (76% des précipitations annuelles,) avec 5 périodes d'inondations ...alors qu'il ne faudrait jamais dépasser les 30% !